L'Union Agricole 03 mai 2019 à 14h00 | Par Alain Chartier et Patrick Cornette

Les busards en milieu agricole.

Trois espèces de busards nichent en Normandie : les busards des roseaux, Saint-Martin et cendré.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans la plaine de Caen, un agriculteur et son fils participent à la protection du busard Le transfert des poussins est réalisé par un ornithologue du groupe ornithologique normand habilité.
Dans la plaine de Caen, un agriculteur et son fils participent à la protection du busard Le transfert des poussins est réalisé par un ornithologue du groupe ornithologique normand habilité. - © D.R.

Ce sont des espèces rares, une trentaine de couples de busards des roseaux, 200 à 300 couples de busards Saint-Martin et moins de 20 couples de busards cendrés se reproduisent en Normandie. Ces espèces nichent à même le sol et si certains s’installent en milieu naturel (landes, roselières), la majorité des couples se reproduit maintenant en milieu agricole, dans les prairies de fauche sur le Parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin, dans les plaines agricoles céréalières du sud et l’est de la région. Le busard Saint-Martin chasse majoritairement les campagnols mais aussi des petits oiseaux de plaine.


Destruction des nichés
Le busard des roseaux niche relativement tôt, mais la fauche ou l’ensilage d’herbes en mai, juin peut occasionner la destruction des nichées et souvent une intervention est nécessaire auprès de l’exploitant pour trouver une solution. Les jeunes du busard Saint-Martin, plus tardif et surtout du busard cendré (nidification à partir de mi-mai) ne prennent leur envol qu’en juillet pendant les moissons. On peut alors assister à une destruction involontaire de la majorité des nichées si rien n’est fait.

Aussi, une collaboration entre l’exploitant, l’association de protection et les services administratifs concernés, est donc nécessaire pour permettre aux jeunes de ces espèces protégées de prendre leur envol. Une fois un nid localisé, sur une parcelle par un des ornithologues qui étudient ces espèces ou un agriculteur, c’est ensemble qu’une solution doit être trouvée pour permettre de concilier les enjeux de reproduction de ces oiseaux et les contraintes de l’agriculteur. Ces solutions, discutées ensemble, peuvent aller du maintien d’un carré de quelques m2 non moissonnés, éventuellement engrillagés, au retard de fauche de la parcelle de prairie. Agissons ensemble pour que ces espèces emblématiques des milieux ouverts puissent se reproduire sans encombre dans nos cultures.
Si vous avez repéré un nid dans vos cultures, prévenez la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) de votre département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui