L'Union Agricole 04 mars 2020 à 07h00 | Par Simon Huet et Clémence Lemonnier

Le rôle de l'Anses dans la gestion des crises.

« Lubrizol, ZNT, homologation des produits phytosanitaires, l'Anses au coeur des préoccupations seinomarines »?, thème de l'assemblée générale de JA 76.

Abonnez-vous Imprimer
Charles Vimbert (à droite sur la photo) et Justin Lemaitre (à gauche) animaient les débats.
Charles Vimbert (à droite sur la photo) et Justin Lemaitre (à gauche) animaient les débats. - © Simon Huet

C'est donc autour de ce thème très à propos que les adhérents JA76 et leurs invités ont été amenés à réfléchir lors de l'assemblé générale qui s'est tenue à Pissy-Poville, le vendredi 28 février. Autour de la table, carrée pour l'occasion, Sébastien Windsor, président de l'APCA et Damien Adam, député de Seine-Maritime étaient entourés des deux animateurs, Justin Lemaitre et Charles Vimbert, administrateurs JA 76. La première partie des échanges a permis d'analyser le rôle qu'a tenu l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) à la suite de l'incendie de Lubrizol. Car si le confinement des produits a bien été décrété par le gouvernement au nom du principe de précaution, c'était bien à l'Anses de faire le travail d'évaluation scientifique.

Rassurer les consommateurs
Pour Sébastien Windsor, le « fait que les exploitants aient joué le jeu du confinement dans l'attente des avis de l'Anses a permis de rassurer les consommateurs sur la qualité des produits une fois les restrictions levées ». L'exemple du dossier Lubrizol a permis de mesurer l'importance d'avoir une agence sanitaire indépendante, capable de résister à la pression politique comme l'a montré l'épisode de l'annonce par le ministre Guillaume de la levée des restrictions, annonce contredite dans la foulée par l'Anses au regard du manque de résultats d'analyses.

Question
Mais alors, comment se fait-il que l'agence, écoutée sur Lubrizol, ne soit pas entendue par le gouvernement au moment de fixer des ZNT ? « Ce qui est le plus choquant pour le monde agricole, lance Justin Lemaitre, c'est que le gouvernement en pleine constatation syndicale contre les ZNT, avait affirmé que la décision prise s'appuierait sur l'avis de l'Anses, et qu'au final, il n'en a rien été ».

Sujet de société
Damien Adam, député de la majorité, a souhaité rappeler que le sujet ZNT est
« un vieux sujet » et que la société « était très en attente d'une mesure de protections aux abords des habitations ». Sébastien Windsor, en écho aux réactions de la salle, « a regretté que le gouvernement n'ait ni entendu les positions professionnelles, ni attendu les travaux de l'Anses sur des ZNT à zéro mètre, ni même porté le débat devant le Parlement ce qui aurait permis, en plus, de lever des zones d'ombre sur l'actuel dispositif ». Le débat passionné a montré aux parlementaires présents dans la salle, toute l'incompréhension, toute la colère du monde agricole face aux ZNT. Pour tenter de rassurer, le député Adam a rappelé « d'une part que le gouvernement s'est engagé à prendre en compte l'avis de l'Anses et que des ajustements seraient possibles, et d'autre part, qu'un fonds d'accompagnement, en plus des 25 millions d'euros prévus, était à l'étude comme l'a annoncé le président Macron lors du salon de l'agriculture ». Pour conclure, Justin Lemaitre pour JA 76 a regretté qu'avec cette nouvelle décision, le gouvernement a « élevé une muraille, là où n'y avait qu'un muret entre le monde agricole et le reste de la société que par l'amélioration de nos pratiques et nos efforts de communication nous étions en train de franchir ».o

Rapport d'activités et perspectives 2020
En ouverture de la séance publique, et devant près de 120 personnes, Nicolas Mullie, Justin Lemaitre et Emmanuel Roch ont présenté le rapport d'activités.  Jeunes Agriculteurs de Seine-Maritime, c'est un réseau de 380 adhérents répartis sur 15 cantons. L'année 2019 fût dynamique tant en matière de participation aux réunions, que d'implication dans les  manifestations organisées contre l'agribashing, les ZNT, les accords du Ceta et Mercosur, Une délégation JA 76 a participé aux actions JA Normandie pour accompagner le renouvellement des générations avec les  Trophées de l'installation et le Forum Terres d'avenir ainsi que pour soutien des filières.
JA 76 a  apprécié de se rendre aux universités d'hiver et au congrès organisés par JA national, deux moments forts du réseau JA Suite à cela, et galvanisés, les JA normands se sont sentis impliqués et souhaitent suivre davantage les dossiers PAC ou  la future loi foncière... Ils vont profiter des formations et des sessions pour contribuer à leur manière à l'évolution de l'agricole.
En local, l'équipe du Festival de la Terre de Boss-Buchy a été de nouveau félicitée pour ce moment convivial réussi et celle de Montivilliers encouragée pour organiser le prochain festival, le weekend du 30 août. L'année 2020 s'annonce aussi riche avec la seconde participation à la fête du ventre à Rouen et surtout l'organisation du Congrès 2021 au Havre. A noter également la participation aux Toqués de l'agriculture les 24,25 et 26 avril à Paris.
Pour conclure, Guillaume Cabot a annoncé les résultats de l'élection de la liste départementale.o
Clémence Lemonnier


De gauche à droite : Charles Vimbert (nouveau président de JA 76), Justin Lemaitre (nouveau secrétaire général) et Guillaume Cabot (président sortant).
De gauche à droite : Charles Vimbert (nouveau président de JA 76), Justin Lemaitre (nouveau secrétaire général) et Guillaume Cabot (président sortant). - © Clémence Lemonnier
- © Clémence Lemonnier

Le nouveau conseil d'administration pour les deux prochaines années se compose comme suit : Justin Lemaitre (nouveau secrétaire général), Guillaume Leroy, Lucien Puech d'Alissac, Louis Morel, Hélène Saint-Aubin, Adrien Carpentier, Thomas Sautreuil, Romain Lemaire, Clément Thiollent, Elise Cantrel, Cyrille Savigny, Justin Marie, Emmanuel Roch, Alexis Hamel, Guillaume Cabot, Charles Vimbert  (nouveau président), Benoît Dacheux, Mathieu Sortambosc, Gilles Gosselin, Pierre-Olivier Etancelin, Geoffroy Alard, Valentin Debray, Lucas Goudroye Mamier, Jérôme Malandain.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui