L'Union Agricole 15 juin 2017 à 08h00 | Par C. Cornille Dutremée et O. Brialix

La coopération doit montrer l’exemple sur le prix du lait

En réponse à l’appel à mobilisation de la fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) les FNSEA de Seine-Maritime et de l’Eure se sont mobilisées lundi soir devant le site Sodiaal de Maromme (ex CLHN).

Abonnez-vous Imprimer
Quatre vingt producteurs haut-normands ont répondu présent devant le site de Sodiaal à Maromme.
Quatre vingt producteurs haut-normands ont répondu présent devant le site de Sodiaal à Maromme. - © Olivia Brialix

Plus de 80 producteurs de lait ont répondu présent devant le site Sodiaal de Maromme. Ils sont venus chercher des explications et de la transparence de la part des dirigeants de la première coopérative française. Pierre Poixblanc, président de la section Normandie Sodiaal et Jean-Charles Mallard, directeur Sodiaal région Nord ont répondu aux nombreuses questions des manifestants.
« Notre mobilisation est tournée aujourd’hui vers les coopératives car nous considérons que c’est aux coopératives de montrer l’exemple » a scandé au porte-voix en introduction Stéphane Donckele, secrétaire général de la FNSEA 76. « Aujourd’hui la loi Sapin 2 a été votée, elle doit s’appliquer. 90 % des industriels ne la respectent pas suite aux accords commerciaux de février 2017. C’est un manque de respect pour les producteurs », souligne Laurent Duclos président de la section laitière de la FNSEA de l’Eure, présent devant le site avec une vingtaine d’éleveurs eurois. La loi Sapin 2 prévoit le principe de transparence dans la fixation des prix et surtout la prise en compte des coûts de production pour la détermination des prix de ventes tout au long de la filière alimentaire.
Si les représentants de chez Sodiaal reconnaissent ne pas appliquer les dispositions de la loi Sapin 2, les modalités sont inscrites dans leur règlement intérieur. « Lors des prochaines négociations avec les GMS, nous mettrons tout en œuvre pour faire passer des hausses de prix » assure Pierre Poixblanc. « Nous nous appuierons également sur les signaux des marchés et sur le fait que la production n’a pas augmenté avec la mise à l’herbe. La fin de l’année devrait voir le prix du lait augmenter pour atteindre 320 – 330 euros €/1000 litres. C’est en tout cas avec l’objectif de faire passer des hausses que nous allons prochainement attaquer les négociations sur les MDD », ajoute-t-il.
Il est impératif que les coopératives montrent l’exemple et fassent un retour de cette valeur ajoutée auprès de leurs adhérents. Le prix du lait payé aux producteurs doit augmenter.

« Notre mobilisation est tournée aujourd’hui vers les coopératives car nous considérons que c’est aux coopératives de montrer l’exemple », a scandé au porte-voix en introduction Stéphane Donckele, secrétaire général de la FNSEA 76.
« Notre mobilisation est tournée aujourd’hui vers les coopératives car nous considérons que c’est aux coopératives de montrer l’exemple », a scandé au porte-voix en introduction Stéphane Donckele, secrétaire général de la FNSEA 76. - © Olivia Brialix

La grille interprofessionnelle, une nécessité
Autre cheval de bataille syndical, l’application des grilles interprofessionnelles de paiement du lait.  « Plus que jamais, les producteurs ont besoin de repères. Pour la FNSEA de Seine-Maritime et de l’Eure, l’interprofession et sa grille de prix doit rester un phare pour les producteurs en pleine crise. Les producteurs de lait Sodiaal présents sur notre territoire doivent bénéficier de la grille interprofessionnelle haut-normande d’autant plus que nous travaillons activement à la création d’une interprofession normande », souligne Stéphane Donckele secrétaire général de la FNSEA 76.
Ne remettant nullement en cause l’intérêt de l’interprofession laitière, les représentants de Sodiaal ont cependant rappelé un principe

Etre compétitif et créateur de valeur
L’avenir de la production laitière passera enfin par des outils de transformation compétitifs et créateurs de valeur ajoutée. « Cette valeur, à la base vient des producteurs et de leur savoir-faire. Il est donc logique que leur travail soit reconnu et rémunéré à sa juste valeur. Nous attendons de Sodiaal qu’elle s’inscrive dans les démarches de création de valeur qui pourraient voir le jour comme par exemple la mise en place d’une IGP normande (Identification Géographique Protégée) », demande Stéphane Donckele, secrétaire général de la FNSEA 76.
Si la démarche est positive, elle impliquera une nouvelle segmentation de la collecte et des produits préviennent les dirigeants de la coopérative. Mais, la création de valeur ajoutée est bel et bien un objectif de la nouvelle équipe dirigeante de Sodiaal. « Notre volonté est de voir se développer le résultat de l’entreprise et de permettre une redistribution d’un tiers de celui-ci aux producteurs » annonce Pierre Poixblanc.
C’est donc dans un esprit constructif que les échanges se sont tenus avec les représentants de Sodiaal. D’autres actions seront prochainement menées afin de maintenir la pression sur tous les acteurs de la filière, transformateurs laitiers, mais aussi grande distribution pour que la loi Sapin 2 s’applique enfin et qu’une revalorisation du prix du lait payé aux producteurs soit effective.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui