L'Union Agricole 16 novembre 2017 à 12h00 | Par Laurence Geffroy

« L'unification de la Normandie nous a donné un coup de boost »

Avec l'unification de la Normandie, les chambres d'agriculture revoient leur organisation. La Seine-Maritime et l'Eure ouvrent la marche. Rencontre avec Jérôme Auckentaler, directeur général.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les locaux de l'antenne de Dieppe.
Les locaux de l'antenne de Dieppe. - © Chambre d'agriculture

Les chambres d'agriculture de la Seine-Maritime et de l'Eure ont revu leur organisation et ont entamé hier aux Andelys une série d'inaugurations de leurs nouvelles antennes. Le rapprochement entre les deux départements de l'ancienne Haute-Normandie a commencé en 2014 avec une équipe commune pour le service élevage, puis le service environnement.
Dans le même temps, au niveau régional, les fonctions support, du type informatique, communication, finances, ressources humaines sont mutualisées. Le code rural impose néanmoins qu'il reste une direction départementale. Les fonctions ressources telles que le marketing, la production de références (fermes expérimentales), l'innovation, la recherche et le développement, l'économie et la prospective qui viennent derrière le travail de terrain sont aussi mutualisées pour les cinq départements.
Qui dit régionalisation ne dit pas forcément perte de contact avec le terrain. Désormais, le volet proximité, dont l'organisation pouvait être différente dans chaque département, est redéployé en antennes, à raison de quatre par département. Si les départements de la Seine-Maritime et de l'Eure sont les premiers à adopter cette configuration, les autres normands suivront.
Jusqu'ici, il existait des bureaux hors des sièges de Bois-Guillaume et d'Evreux, comme Neufchâtel ou Fauville par exemple, mais c'était de simples points d'appui, sans accueil. Ces locaux, lorsqu'ils existaient, se transforment en antennes avec pour chacune un responsable, manager de l'équipe de proximité. Celle-ci est constituée d'une assistante, de conseillers culture, élevage, entreprise, réglementaire, diversification et bâtiment. A Cela s'ajoute un responsable de stage et des chefs de projets territoriaux.
Pour chaque antenne, un agriculteur élu de la chambre a été nommé référent. Un comité territorial regroupe les élus. « Beaucoup d'élus qui veulent s'impliquer ont des difficultés pour se rendre régulièrement à Caen. Ces antennes vont permettre d'être un lieu où le terrain pourra s'exprimer, où les besoins seront identifiés et des actions pourront être proposées », explique Jérôme Auckenthaler, directeur de la chambre d'agriculture de Seine-Maritime.

Une partie de l'équipe locale nouvellement installée 
sous la responsabilité de Jean-Jacques Poletti.
Une partie de l'équipe locale nouvellement installée sous la responsabilité de Jean-Jacques Poletti. - © © Chambre d'agriculture

Regards croisés
Ce qui sera nouveau pour les techniciens, c'est de travailler en équipe locale, de façon transversale, le conseiller élevage avec le conseiller diversification par exemple, pour « croiser les regards grâce à la multicompétence ». Les clients des chambres d'agriculture aujourd'hui, sont aussi bien les agriculteurs que les collectivités. Le chef de projet territorial affecté à une antenne sera leur interlocuteur. « Il y a des besoins dans ce domaine, notamment en circuits courts, estime Jérôme Auckenthaler, nous avons noué des partenariats intéressants avec la Codah au Havre et la métropole de Rouen. On oublie souvent que sur le territoire de cette dernière, on compte 70 % de terres agricoles. »
Cette nouvelle organisation, « c'est une petite révolution culturelle pour nous, souligne le directeur, nous n'avons plus de comité de direction et nous avons fait un appel à candidatures en interne pour trouver les responsables d'antennes, cela permet de renouveler les cadres. L'unification de la Normandie nous a donné un coup de boost ». L'offre de services évolue en même temps, avec des niveaux de conseils de plus en plus pointus et cousus main. De conseillers techniques, les salariés des chambres d'agriculture deviennent coachs d'entrepreneurs.

 

Quatre antennes en Seine-Maritime
Pour le département, les quatre nouvelles antennes des chambres d'agriculture se situent à Bois-Guilllaume, Neufchâtel (nouveaux locaux), Dieppe (nouvelle implantation) et Fauville avec comme responsables d'antenne Didier Montier, Eugénie Hardouin, Jean-Jacques Poletti et Emmanuelle Ribier. Chaque site est constitué de six à huit collaborateurs. L'inauguration de l'antenne de Neufchâtel aura lieu le 20 novembre à 14h, celle de Dieppe et de Bois-Guillaume le 23 novembre respectivement à 17h et 11h, celle de Fauville-en-Caux le 2 décembre à 11 h.

Aline Catoir, élue référente pour l'antenne de la chambre d'agriculture à Neufchâtel.
Aline Catoir, élue référente pour l'antenne de la chambre d'agriculture à Neufchâtel. - © Valérie Sorieul

Aline catoir, élue référente pour l'antenne de Neufchâtel

« Nous mettrons en adéquation les besoins du terrain et les moyens
de la chambre »

Aline Catoir est l'élue référente pour l'antenne de Neufchâtel-en-Bray. Elle apprécie le retour à la proximité permis par cette réorganisation.  « Le retour de plus de conseillers sur le terrain, c'est ce qui m'a séduite ». Le rôle de l'agricultrice de Conteville est de gérer les relations entre la structure départementale et l'antenne afin de faciliter les échanges d'informations.
« J'agis en binôme avec la responsable de l'antenne Eugénie Hardouin. Nous mettons en adéquation les besoins du terrain et les moyens de la chambre ».  Aline Catoir  anime le comité territorial avec tous les élus qui sont les portes paroles de la chambre auprès des agriculteurs. « En pays de Bray, on pense aux éleveurs, mais il y a des opportunités pour les agriculteurs sur les cultures de betterave, pommes de terre ou lin qui se développent, avec des conseils à leur apporter. » L'élue référente s'occupe aussi en binôme avec le chef de projet territorial de l'animation des relations avec les collectivités. « C'est nouveau pour moi mais il y a un besoin de dialogue entre les agriculteurs et les maires ou les présidents d'établissement public de coopération intercommunale (EPCI). La chambre dispose de compétences dans ce domaine : plan d'épandage, plan local d'urbanisme, développement des circuits alimentaires de proximité... »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui