L'Union Agricole 05 septembre 2018 à 10h00 | Par LG avec Actuagri

L’Ecologie change de mains

Après une attente d’une semaine, la nomination du nouveau ministre de Rugy a été annoncée mardi midi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

C’est finalement François de Rugy, 44 ans, président de l’Assemblée nationale, qui remplace Nicolas Hulot à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire. Il a été nommé mardi 4 septembre par Emmanuel Macron, une semaine après la démission du numéro 3 du gouvernement Philippe.

Repères
Né à Nantes, François de Rugy est député de Loire-Atlantique depuis 2007. Membre du groupe écologiste au début de sa carrière, il a rejoint le groupe socialiste en 2016 puis la République en marche en 2017. Dans son programme de candidat à la primaire du parti socialiste en 2017, il exprime sa volonté de faire en sorte que les énergies renouvelables représentent 100 % de la production d’électricité en France en 2050. Habile en communication, il a été chargé des relations avec la presse au sein de l’Assemblée nationale avant d’en devenir le président.
Le remaniement annoncé du gouvernement aura été «light», puisque seulement deux ministres ont été renouvelés. Après Nicolas Hulot, c’est la ministre des sports Laura Flessel qui a présenté sa démission lundi, remplacée par une autre championne, Roxana Maracineanu.
Avant que ne soit dévoilé le nom de son successeur, Nicolas Hulot a déclaré sur BFM TV lundi qu’il avait «le sentiment qu’elle [sa démission] provoque un sursaut dans la société, rien que pour ça, ça vaut le coup ».

Déçu des Etats généraux
Reste à voir si cela se confirme. La démission de Nicolas Hulot avait pris de forts accents agricoles, d’abord par les propos qui ont précédé son annonce  : « Est-ce que nous avons commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation d’arrêter l’artificialisation des sols ? La réponse est non. » Ce déçu des États généraux de l’alimentation, dont le pilotage lui a échappé, n’aura peut-être pas eu l’influence qu’il souhaitait sur les questions agricoles. Le nouveau ministre est donc très attendu sur de nombreux dossiers qui impactent l’agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui