L'Union Agricole 18 novembre 2020 à 13h00 | Par Catherine Hennebert

Spécial Lin : L’AGPL est attentive à ce qui se passe sur le marché.

Interview de Bertrand Gomart, président de l’AGPL.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Valérie Sorieul

Comment se porte le marché du lin actuellement ?

Aujourd’hui il y a un marché. Il n’est pas revenu au niveau d’avant la crise sanitaire mais les filateurs achètent. Ils ont un besoin de matière première. Leurs usines tournent à 60 % de leur capacité. En Chine, la crise est derrière et l’économie reprend. Il y a production et vente de fils. Nous pensons aussi que les filateurs font des achats de précaution. Le prix du lin teillé a baissé d’un tiers. Il se situe entre 2 et 2,20 euros le kilo. C’est donc le moment pour eux de faire du stock au cas où les prix remonteraient.

Enfin la troisième hypothèse est qu’ils achètent la récolte 2019 pour être sûrs d’avoir de la bonne matière. La récolte 2020 est moins qualitative.La situation n’est pas la même en Europe où le secteur de l’habillement reste très morose. En Amérique, par contre, il y a, à nouveau, une demande soutenue mais uniquement sur le secteur de l’ameublement. Cela permet aux filateurs européens de tourner, pas à 100 % mais il y a de l’activité.

Qu’en est-il pour les producteurs de lin ?

Cette année, dans les trois pays producteurs, Belgique, France et Pays-Bas, 12 % de la surface en lin n’a pas pu être récoltée. Même si la reprise est là, la recette des liniculteurs ne sera pas bonne. L’AGPL est attentive à ce qui se passe sur le marché, et demande aux producteurs de faire une pause en diminuant leur surface de 30 % pour les semis 2021.

Sur une production de 150 000 tonnes de lin teillé en 2019, la filière vendra environ 100 000 tonnes durant l’année 2020. Si nous sommes sur les mêmes niveaux de consommation en 2021, il est important de rester sur une production ne dépassant pas les 150 000 tonnes. Avec des surfaces diminuées de 30 % et une année de production normale, cela suffira pour approvisionner le marché.

La plupart des producteurs l’ont bien compris et vont baisser leur surface. D’autres vont se détourner du lin faute de rentabilité. Ce sont les producteurs plutôt opportunistes, peu équipés et ayant des terres à moindre potentiel.

Que va devenir la récolte 2020 ?

La récolte 2020 a été faible partout. En Europe, le rendement est de 4,9 tonnes de paille par hectare. Il est du même niveau en France. Sur le plan national, il y a des résultats qui vont du simple au double : dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme, les rendements annoncés se situent entre 450 et 600 kilos de lin teillé à l’hectare.

En Normandie les niveaux se situent entre 800 et 1100 kilos. Compte tenu  de ce qui s’est passé cette année, l’AGPL incite aussi fortement les agriculteurs à prendre une assurance récolte. Nous allons communiquer sur ce sujet durant l’hiver. Depuis trois ans nous étudions les coûts de production avec les centres de gestion pour rendre ce dispositif accessible à tous.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui