L'Union Agricole 10 novembre 2016 à 08h00 | Par Valérie Sorieul

Equiseine veut monter en puissance

Le parc expo de Rouen accueillera un concours de saut international *** indoor organisé par l'association Equiseine. 12 000 visiteurs sont attendus du jeudi 17 au dimanche 20 novembre.

Abonnez-vous Imprimer
- © Equiseine

Lundi 14 novembre à 14 heures, ce sera le branle-bas de combat au parc des expositions de Rouen. Equiseine organisatrice du concours de saut international*** (CSI) indoor aura 48 heures pour aménager les lieux. Un vrai challenge pour l'association qui avait organisé pendant 16 ans son traditionnel CSI*** au Haras du loup à Canteleu. « Nous travaillons sur la manifestation depuis un an », raconte Dany Ferrand président d'Equiseine et responsable logistique, c'est une première pour nous, nous avons tout à installer contrairement aux années précédentes ». Ainsi 1100 tonnes de sable fibré venant d'Epernon en Eure-et-Loir ont déjà été stockées au parc expo pour les pistes de détente et de concours aménagées dans les hall 1 et 2. De même trois-cents box de 3 mètres sur 3 devront être montés pour accueillir les 300 chevaux dans l'anneau central, les tribunes pour accueillir le public, les stands des exposants autour de la piste de détente et sous la verrière de 950 m2.  La manifestation va mobiliser une centaine de bénévoles parmi lesquels les élèves du CFA d'Yvetot qui verront là une belle occasion d'approcher le haut niveau sportif.


Evénement phare
« Nous avons pour ambition de créer un événement phare en Normandie », explique Dany Ferrand. « Pour attirer des cavaliers de renommée internationale, nous avons prévu une dotation de 138 000 euros de prix pour le concours avec un budget total de fonctionnement de 500 000 euros ». Pour ce faire, les organisateurs ont choisi, avec le parc des expositions de Rouen, un lieu offrant de bonnes conditions d'accueil d'un public nombreux et une date stratégique éloignée des autres concours internationaux.
Et Equiseine ne compte pas en rester là. Passée cette manifestation, l'association a pour objectif l'organisation d'un CSI quatre étoiles en indoor en 2017. « Aujourd'hui l'équitation avec les Jeux olympiques de Rio cet été et les résultats obtenus par les Français est un vecteur montant. En Normandie, le conseil des chevaux de Normandie et le comité régional d'Equitation de Normandie travaillent pour booster cette filière créatrice d'emplois, qui est bénéfique aussi pour toute l'agriculture », martèle le président d'Equiseine.

Un plateau de haut niveau
La majorité des 150 cavaliers inscrits au concours sont rompus aux compétitions internationales.
Quelques épreuves sont néanmoins prévues pour les amateurs.
Parmi les têtes d'affiche, ont répondu présent, Philippe Rozier, médaillé d'or au saut d'obstacle par équipe aux Jeux olympiques de Rio, Patrice  Delaveau vice champion du monde individuel et par équipe aux jeux équestres mondiaux à Caen en 2014 et côté cavalière Alexandra Ledermann, première femme médaillée d'or en individuel au championnat d'Europe en 1999. Dix-huit épreuves classées sont programmées sur les quatre jours.  Entre 50 et 70 cavaliers se présentent par concours, l'épreuve dure une minute pour chacun. Les huit premiers cavaliers au classement reçoivent un prix.


Le concours de puissance
Le concours de puissance, l'une des épreuves les plus spectaculaires, se déroulera samedi 19 novembre  vers 20 h.  Elle consiste pour le cheval et son cavalier à sauter le plus haut possible. C'est Vincent Blanchard qui avait battu le record du concours de puissance aux précédentes éditions d'Equiseine avec 2,23 mètres. Le record atteint en France est de 2,41 mètres. « Les chevaux sont préparés pour cette épreuve mais ils n'ont pas de caractéristique physique particulière », explique Antoine-Guy Bréant, responsable des cavaliers. « Un bon cheval peut sauter 2 mètres ce n'est pas très difficile, au-dessus cela demande de la préparation ».  Le parcours initial est composé de quatre à six obstacles dont un mur, lequel est l'obstacle le plus haut du parcours. Au second tour de l'épreuve ne reste plus qu'un obstacle et un mur. La hauteur du mur est augmentée, progressivement, par le chef de piste au fil des passages.


Le grand prix
Le grand prix, autre moment fort du concours aura lieu dimanche 20 novembre vers 15 heures. C'est l'épreuve qui a la dotation  la plus importante. « Bien que troisième discipline sportive en nombre de licenciés après le football et le tennis, l'opinion française a encore du mal a accepter qu'un cavalier reparte avec une dotation de 11 000 euros, constate avec agacement  Antoine-Guy Bréant. « On est pourtant bien loin du million d'euros net d'impôts gagné en un match par certains footballeurs et dont presque personne ne s'offusque », s'indigne le responsable des cavaliers. Le grand prix se déroule en deux temps. Une première manche non chronométrée où les concurrents ont quinze obstacles à franchir. Puis dans un deuxième temps, les cavaliers qui ont réalisé un parcours sans faute sont départagés par le chrono.

Le cheval au service des plus fragiles
Il y aura un accueil spécifique pour des personnes fragilisées dans le cadre d'un partenariat avec la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale sur un projet social pédagogique « le cheval au service des plus fragiles ».
Karine Boué, directrice du centre équestre de la Scie à Longueville-sur-Scie a rejoint Equiseine, il y a dix ans et est à l'origine du projet. Travaillant au quotidien avec un public fragilisé, notamment des personnes atteintes d'Alzeihmer, en situation de handicap physique, mental et sensoriel, ou bien des jeunes en difficulté, elle avait proposé de faire connaître au sein des concours organisés par l'association, les résultats obtenus en bien-être, santé, au contact du cheval, pour les plus fragiles. Les publics visés dans le cadre de ce partenariat sont les personnes du 3ème et 4ème âge dépendantes en maison de retraite, des personnes en situation de handicap en institut médico éducatif (IME) et des enfants en situation d'exclusion (troubles de l'obésité). 
Pour accueillir ce public, un centre équestre éphèmère sera installé Hall 1, derrière la piste de détente avec une quinzaine de poneys et double poneys du centre de la Scie. Les ateliers seront encadrés par les animateurs de l'équipe de Karine Boué : initiation à l'équitation, approche du cheval (brossage, caresse, échange verbal), découverte du métier de dentiste équin et de maréchal ferrant, visite des zones du CSI interdites au public (box, parking, espace véto). «Les personnes âgées auront accès à tous les ateliers sauf l'initiation. Elles décideront de ce qui les intéressent. Certaines voudront peut-être aller au contact des chevaux pour  se remémorer des souvenirs qu'elles ont vécu dans les fermes, d'autres préféreront regarder les compétitions», explique la responsable du projet pédagogique. Et d'ajouter « l'essentiel est de les faire sortir de leur institution ».
Valérie Sorieul

Billeterie en ligne, programme et horaires sur www.equiseine.asso.fr/

David Rossi est un des deux juges du concours de Maréchalerie.
David Rossi est un des deux juges du concours de Maréchalerie. - © Maéva Rossi

La forge à la française au carillon

Un concours de forge à 2 et 3 marteaux (1 forgeur, 1 ou 2 frappeurs), pour lequel  5 à 8 équipes sont attendus, aura lieu vendredi 18 et samedi 19 de 9 h à 12 h et 14 h à 19 h en extérieur à l'entrée du parc expo. Ce seront David Rossi et Jean-François Techer, médaillés d'or au concours des meilleurs ouvriers de France, assistés de trois commissaires,  qui évalueront les équipes. La particularité de la forge à la française est de travailler à plusieurs guidés au carillon. « La personne qui est aux tenailles donne les ordres au carillon, un coup on entre, trois coups on accélère la cadence puis un coup on sort », raconte David Rossi. « A l'époque en une heure, 8 à 10 fers étaient au feu. La forge française est aussi fine que l'anglaise ou l'américaine, elle est rapide, précise et rigoureuse. Lorsque j'ai appris le métier on nous disait si on sait pas forger on sait pas ferrer. La forge c'est le dessin pour mettre en application le fer en exactitude avec le pied du cheval, c'est comme le gabarit du couturier, nous c'est tout à l'oeil », explique le juge. V.S.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui