L'Union Agricole 22 mai 2020 à 12h00 | Par Fabien Olivier

En mai, fauche ce qu’il te plaît.

La Normandie a connu en général des conditions favorables à la pousse mais une fois de plus le proverbe aura raison avec une chute des températures prévue durant les Saints de glace.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Etat des lieux de la croissance en herbe en Normandie.
Etat des lieux de la croissance en herbe en Normandie. - © chambre d’agriculture Normandie

En cette période de déconfinement l’ensemble des sites normands devraient avoir une croissance la semaine prochaine. La semaine dernière la croissance moyenne sur les 16 sites validés est de 67 kg MS ha / jour. Les croissances vont de 41 à 103. La distribution de fourrage complémentaire a baissé encore avec une moyenne à 2 kg de MS / VL. Bon nombre d’élevages laitiers ont stoppé l’affourragement. La production laitière en 100 % pâturage et d’environ 23 l / VL. Certains éleveurs maintiennent une petite part de concentré souvent énergétique pour maintenir des taux. Les coûts alimentaires sont globalement maîtrisés ne dépassant pas 40 € / 1 000 l et en dessous de 20 €/ 1 000 l pour les systèmes 100 % pâturage.La situation actuelle offre en moyenne 16 jours d’avance de stock d’herbe (SHD) sans complément à l’auge. Ces conditions sont tout à fait confortables pour la saison. Si vous vous trouvez au-delà vous devez faucher absolument pour éviter d’avoir trop d’herbe. Ces parcelles fauchées réintégreront le circuit pour être pâturées début juin quand le SHD baissera. Par ailleurs, nous sommes en début d’épiaison pour les espèces précoces (fétuques notamment). Quand cela est possible fauchez en priorité ces parcelles épiées pour favoriser des repousses feuillues si les variétés ne sont pas trop remontantes. Dans le réseau plusieurs sites ont des hauteurs à plus de 18 cm sur certaines parcelles. Les prévisions météo pour les jours à venir sont favorables à la prairie (soleil et hausse des températures) et vous permettront d’entreprendre des récoltes de qualité.

Rencontre avec Xavier Pignot du Gaec des Esserts (La Hague, 50)

" La saison de pâturage semble être assez habituelle avec des croissances qui augmentent pour atteindre 80 kg/ ha / jour en ce début mai. La distribution de maïs a été arrêtée depuis 15 jours et l’ensilage d’herbe en fin de semaine dernière. Aujourd’hui les vaches produisent 23.5 litres avec des taux de 32 et 38 sans fourrages conservés et seulement 2 kg de farine de maïs. Nous avons un coût alimentaire à moins de 30 € / 1 000 l et pensons maintenir le cap plusieurs semaines. En effet, nous affichons un stock d’herbe disponible de 240 kg de MS / VL soit 14 jours d’avance. Cela nous permet de prévoir la fauche de quelques parcelles qui malgré des hauteurs pâturables sont en cours d’épiaison. Nous retrouverons des repousses feuillues dans un mois. Notre système de pâturage tournant doit sans cesse être adapté car nos prairies semées n’ont pas les mêmes croissances que nos prairies naturelles. Si ces dernières ont des temps de repousse de 3 semaines environ, nos prairies multi espèces sont pâturables au bout de 15 jours. Mes mesures d’herbe chaque semaine me permettent une réactivité en toute sérénité."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui