L'Union Agricole 14 février 2019 à 12h00 | Par Christelle Hébert

Des économies possibles pour l’alimentation animale.

Le mardi 5 février dernier, à la salle de la Boutonnière à Neufchâtel-en-Bray, les Ets Guérard ont organisé une conférence autour de la nutrition animale et de la fenaison.

Abonnez-vous Imprimer
Présentation des matériels de fenaison Pottinger.
Présentation des matériels de fenaison Pottinger. - © Christelle Hébert


Après un accueil autour de la convivialité, monsieur Lepertel, expert nutritionniste indépendant de la société NPRL, a posé le 5 février dernier lors d’une conférence organisée par les Ets Guérard, une analyse et des préconisations sur la valorisation de l’herbe. Les nombreux éleveurs présents pouvaient se faire une idée, questionner et partager sur la façon de travailler les fourrages, dans le but de les utiliser, en optimisant ainsi la gestion globale de l’exploitation. Monsieur Lepertel a évoqué les besoins alimentaires du ruminant pour une bonne production, grâce à l’herbe. Il s’appuie sur le fait que l’herbe détient de très bonnes valeurs alimentaires : un équilibre entre énergie et protéines, une bonne fibre et cellulose digestibles et que c’est un produit naturellement riche en sucre…

Un avantage économique
D’un point de vue plus économique, il encourage l’autonomie alimentaire afin de diminuer le coût des intrants, ceci également afin de mieux exploiter et valoriser les sols. « Ce que l’on produit doit servir à la production transformée par les animaux », insiste monsieur Lepertel.  « Les bovins doivent consommer une ration essentiellement constituée de fourrage ». Dans ce système qui privilégie l’autoconsommation, L’herbe tient donc une place prépondérante dans l’alimentation des bovins au travers de différentes formes de fourrages (les fourrages verts, les fourrages secs, les fourrages ensilés, les fourrages enrubannés). La qualité des fourrages représente donc la base de la réussite. Il doit être de base propre. Son appétence représente les fondements pour une production laitière ou viande efficace car des vaches saines et mieux nourries produisent plus. « Un fourrage de base de haute qualité, produit en autonomie, améliore vos revenus mais aussi vous fait gagner du temps », ajoute le nutritionniste.

Les ateliers «matériels de récolte »
Après cette séquence suivie d’un déjeuner, le public a assisté à plusieurs ateliers sur les matériels de récolte et de distribution. « Une fauche tout en douceur représente la base d’une grande qualité de fourrage, une adaptation au sol optimale, des pertes minimales de feuilles et précision de travail », explique un technicien Pottinger. Les visiteurs ont pu découvrir, entre autres, la remorque ensileuse Europrofi Combiline, à rotor de chargement pour un volume normé de 25 à 32 m², la presse Impress 185 V Pro.
Les Ets Guérard recommandent l’auto-chargeuse pour une valorisation des fourrages au stade optimum. « Aussi, une bonne franchise coupe du brin est essentielle pour la fibre car celle-ci détermine la taille des papilles ruminales et surtout la sécrétion salivaire par la mastication. Peut en dépendre la bonne qualité du lait », souligne l’intervenant. Afin de ne pas détruire cette fibre, les Ets Guérard conseillent une faucheuse à plat avec une remorque auto-chargeuse ou une balle ronde rotocut pour ne pas déstructurer la fibre.

Les commentaires ont été suspendus pour cet article

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui