L'Union Agricole 02 août 2018 à 12h00 | Par C. Hennebert

Découvrir Braque à Varengeville sur Mer.

Georges Braque a passé une partie de sa vie à Varengeville sur Mer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Triptique dans la chapelle Saint Dominique
Triptique dans la chapelle Saint Dominique - © C.Hennebert

 

Il y fit construire une maison en 1929 où il passait la moitié de l’année avec son épouse jusqu’à sa mort en 1963. L’artiste est enterré dans le cimetière qui est au pied de l’église Saint Valéry et pour de nombreux visiteurs c’est une halte obligée tant la vue sur la mer et les falaises est à couper le souffle. Quand on pense à Georges Braque à Varengeville, on évoque souvent en premier lieu « L’arbre de Jessé » qui orne l’église, vitrail inauguré en 1962 à partir de carton que l’artiste a donné à l’Etat en 1956.

Mais d’autres vitraux de Georges Braque sont visibles dans la chapelle Saint Dominique de Varengeville. « La chapelle n’est pas très connue. On parle plus souvent de l’église Saint Valéry et de son cimetière marin et il y a souvent confusion avec les deux. Il y a quand même dans cette chapelle sept vitraux dont trois sont de Braque et les autres du maître verrier Paul Bony sur indication de l’artiste. Nous savons depuis peu de temps que les dessins ont été réalisés par Georges Braque », précise Philippe Monart qui propose des visites commentées de la chapelle tous les jeudis après-midi jusqu’au 16 août, dans le cadre de l’association « Les amis de l’église de Varengeville-sur-Mer ».Moins connue, la petite chapelle est nichée dans les arbres, sur la route principale du village en venant de Pourville-sur-Mer. C’est une ancienne grange dîmière du 18ème siècle qui a été vendue au diocèse en 1946.L’œuvre majeure de cette chapelle est le triptyque de vitraux réalisés par Georges Braque et conçu par le maître-verrier Paul Bony. L’artiste y représente Saint Dominique en marche vers la sainteté, entouré de deux serpents crucifiés.D’autres très beaux objets y sont à découvrir comme un Christ en bois du 17ème siècle, un tabernacle en bois représentant un dessin de Braque, une statue de la Vierge du 16ème  siècle qui provient d’une abbaye cistercienne et un tableau du peintre de Maurice Denis représentant une apparition de la Vierge.

Le bâtiment est un bel exemple d’architecture locale avec une construction faite de briques de Varengeville, de silex taillés et de grès. Il est classé aux Monuments historiques et les objets sont inscrits à l‘inventaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Union agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous